s
   
headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage headerimage

Next public live gig:

15. - 17.11.2019

HAUS

& WOHNEN

Home Decor

Trade Show

A-Linz

Info: go to nav "EVENTS"

Curriculum Boogiae

Ou : "Comment apprendre à jouer du piano" -
ou encore "Comment le fait de passer l`aspirateur au bon moment et au bon endroit peut déclencher une carrière artistique…"

En fait, je n`ai jamais voulu apprendre le piano ! Ce fut un de ces heureux hasards qui posa les premiers jalons – ou plutôt la première touche.

Après une première expérience musicale vraiment très belle à un âge très précoce (ma mère me berçait en jouant du Chopin, Liszt & Co…), c`est vers l`âge de 8 ans que j`ai commencé à nourrir une AVERSION particulière pour le piano, quand on m`obligea à aller à l`école de musique. Mes centres d`intérêts se portaient sur tout SAUF sur la musique, je ne montrais pas la moindre trace de talent et quant aux études de Czerny ou de Bela Bartok, mes doigts ne voulaient tout simplement pas s`en souvenir. L`école de musique s`en tenait à son programme strict : de la belle musique classique de Chopin et Liszt. Le jazz n`y avait pas sa place. Quant au boogie woogie, même pas la peine d`en parler !

A la fin des années 70, ma tante m`offrit pour Noël le "Boogie Man" de Vince Weber. Celui-ci trouva sa place dans notre foyer encore très classique et c`est à ce moment là qu`une force bizarre et subversive se développa en moi, dans mon quotidien à l`école de musique. Bartok et Czerny furent franchement mis au placard, mes résultats pendant les cours de musique ne s`améliorèrent pas, bien au contraire. Au bout de 7 ans, on conseilla à ma mère, inquiète à mon sujet, de ne pas torturer plus longtemps un fils apparemment plus doué pour le sport, et de lui faire apprendre autre chose…

Liberté chérie ! Sans contrainte, c`est bien plus marrant ! Et au lycée, plus une seule excursion ne se passa sans que je m`asseye à un piano pour mettre l`ambiance.

Mais le grand hasard qui déclencha réellement ma carrière n`arriva qu`après le bac, en 1986 : l`école de tourisme dans laquelle j`étais inscrit exigeait que nous fassions un stage pratique pendant les vacances. Cela m`amena, adepte de planche à voile que je suis, à postuler pour un stage de barman sur la plage du lac Wörthersee, à l`hôtel Schloss Seefels. Dans cet hôtel de luxe, pendant les travaux de rangement, on avait livré un piano qui devait servir de décoration pour l`ouverture officieuse du night club. Quant à moi, on m`avait donné pour tâche de passer l`aspirateur. A moment donné, j`arrêtai brièvement l`aspirateur pour tester l`instrument. Le patron des lieux, qui passait par là, m`entendit jouer. Et il eut tout de suite l`idée de faire un meilleur usage de cet objet décoratif, en transformant l`entrée du club en piano-bar. Le jour même, il engagea le "commis de bar" Loidl comme pianiste. Finalement, l`idée fut applaudie par tous les invités, y compris par le célèbre chanteur et pianiste Udo Jürgens. Et c`est une soirée totalement inattendue et légendaire qui eut lieu ce soir là …

Je fis dès lors officiellement partie du programme de l`inauguration du night club. C`était mon premier contrat en juin 1986… et pour la première fois, un des invités me demande ma carte de visite :-))